Réjouissons-nous ! Un grand pas pour la sophrologie.

image_pdfimage_print

Depuis le congrès du Cinquantenaire de la Société Française de Sophrologie, les 3 et 4 décembre derniers, la sophrologie semble pouvoir entrer dans la cour des grands, à condition encore de reconnaitre son caractère médical et paramédical.

En effet, les orateurs ont développé avec le plus grand sérieux, suivant leur formation, des sujets du plus grand intérêt, selon le titre bienheureux de la rencontre : le conscient, le préconscient et l’inconscient.

Enfin la sophrologie n’est plus le discours du conscient contre l’inconscient.

Il y a 40 ans que je plaide et attire l’attention vers cette version plus raisonnable pour être crédible et échapper au folklore de la sophrologie qui fut souvent délirant.

Tout n’est pas parfait !

A la suite d’une conférence, on ne nous a pas fait grâce hélas, d’un hymne entonné à la gloire de la sophrologie, remplaçant des questions intéressantes qui n’ont pas pu être posées …

Cependant et sincèrement toute notre reconnaissance au bureau de la Société Française et à sa Présidente, Madame Claude CHATILLON, qui nous donne un moyen supplémentaire d’échapper à la banalisation et à une diffusion mercantile qui n’a rien à voir avec la sophrologie et qui est fort dangereuse pour tout le monde.

Mais quel soulagement que cette position judicieuse et impartiale de la part de confrères compétents !

L’EDHES peut continuer son enseignement dans un confort agissant et tranquille. Merci !

Apprécier cette page